Accueil  ·  Stats

- Jeudi 20 juillet 2017 - 18:23 -

 

Le saint du jour

Fête du Jour : Origine et Histoire...
Fête de Sainte Marina
C'est l'Eté en ce moment :-)

Sommaire


Puce PLAN INTERACTIF
Puce ANCÊTRES ILLUSTRES
Puce ASCENDANCE SOSA
Puce BASES GÉNÉALOGIQUES
Puce COUSINS CÉLÈBRES
Puce VERS RAMSÈS II
Puce ARMORIAL FAMILIAL
Puce OUTILS de RECHERCHE
Puce MISES à JOUR
Puce ESPACE PRIVÉ

Chroniques familiales


Puce CHRONIQUES index
Puce Famille ASSENS
Puce Famille BOURLET
Puce Famille BRON
Puce Famille COLLARD
Puce Famille DONNET
Puce Famille DUDOUIT
Puce Famille GEHIN
Puce Famille GIL
Puce Famille GUEDON
Puce Famille LUCAS
Puce Famille NAJAC
Puce Famille PLANTIER
Puce Famille SOULA
Puce Famille VINCENT

Études


Puce ÉTUDES NOBILIAIRES
Puce RECHERCHE NOBILIAIRE

Gheraldic


Puce GHERALDIC

Notre choix du web


Tous les liens...

Nos autres sites


Puce CMS GIL
Puce PAYS du VIAUR
Puce CONCHYLIO

Référencement

Aucune bannière pour l'instant

Les mines du Nord



Pour en savoir plus sur la mine

De tous temps, le métier de mineur a attiré de nombreuses populations rurales qui y voyaient une amélioration sensible de leurs conditions de vie. Ainsi pour séduire les ouvriers, les compagnies n'hésitent pas à construire en masse des logements pour ceux-ci (les fameux corons) et les louent à leur employés pour un loyer mensuel plus que modique (de l'ordre de la valeur d'une journée de travail). De plus, le mineur perçoit souvent quelques quintaux de charbon par mois, en fonction de la saison (avantage en nature non négligeable).

En 1900, le salaire moyen par jour est de 5,04 F dans le Nord et de 4,86 F dans le Pas-de-Calais.

Les grèves menées courageusement par les mineurs, malgré l'aiguillon de la famille à nourrir, ont améliorées leur condition. A Marles-les-Mines, après la grève de 1906, le salaire du mineur de fond est de 7,31 francs par jour ; à Liévin, il est de 6,79 francs. Les salaires des galibots sont de l'ordre de 2,00 francs. Après la première guerre mondiale, des grèves permettent encore un relèvement des salaires. Un mineur à l'abattage gagnait 25 francs par jour en 1919.

"C'est après la guerre 1914-18 que l'on verra l'instauration systématique des trois postes. La journée de dix heures se déroule de façon rituelle : 3 h 30 - 4 h - lever - l'ouvrier enfile ses " loques ed'fosses ", pendant que sa femme qui se lève toujours pour assister au départ du mineur et des galibots, fait chauffer le café et prépare les briquets - c'est le départ, pour la fosse, à pied, dans l'obscurité. 5 h, si le mineur n'est pas farcé, il arrive sur le carreau de fosse, prend ses outils et retire sa lampe à la lampisterie. Descente dans la cage, accroupi sur le sol de celle-ci, ou assis dans une berline ; puis chargé d'un ou deux bois, cheminement dans les galeries pour arriver au chantier. 5 h 30 - 6 h - abattage du charbon - boisage, évacuation du charbon et remblayage. 9 h - l'heure du briquet arrosé de café ou de chicorée. 13 h - arrêt du travail. Retour à l'accrochage et remonte. 14 h - 14 h 30 - retour au jour, passage à la lampisterie et retour à la maison où il faut d'abord se nettoyer dans " l'cuvelle ". Dans les années 1880, une nouvelle invention parait : l'électricité. Elle sera utilisée dans un premier temps pour éclairer les galeries. Par la suite, elle servira de force motrice pour alimenter les perforateurs, marteau-piqueurs et autres convoyeurs.

Le perforateur fait en un quart d'heure ce qu'il fallait 4 à 5 heures pour faire à la main, avec cet inconvénient majeur qu'il dégage une énorme quantité de poussière très fine, celle-là même qui a pour effet la silicose.

Le marteau-piqueur y ajoutera la surdité. D'un poids de 10 kg, avec son flexible, il donne entre 1 700 et 2 000 coups/minute, avec une intensité sonore de 105 à 110 décibels. Le seuil de tolérance est de 90 décibels. Les rabots et les ventilateurs dégagent environ 90 décibels.Bien qu'ayant débutée avant, la production du Nord est rejointe et même dépassée par celle du Pas-de-Calais à la fin du XIXème siècle.


La fosse l’Archevêque n° 3 division d’Aniche
Lieu où Paul René Gaston Bourlet fut hercheur

Une action de la compagnie des mines d’Aniche



Explosion de dynamite aux mines d’Aniche le 9 décembre 1900

haut de page


Retour

Espace membre

pseudo
password

Blog

Liste des Blogs
Notice d'utilisation

Galerie héraldique


Tous les albums...

Publicité



Membres en ligne

visites En ce moment:
0 membre et 5 visiteurs
216 visites aujourd‘hui
Record de visites:
17/10/12: 827 visites
Record de membres:
04/04/06: 19 membres
Record simultané:
11/02/15: 103 visiteurs
04/04/06: 4 membres

Visiteurs

1338839 visiteurs
depuis le 06/01/2006



© Geneagil 2006 Thème graphique inspiré de charcoal de phpbb
Réalisé avec Pwsphp® Version 1.2.3, distribué sous licence CeCILL

Valid CSS!

Page générée en 0.212 secondes avec 17 requetes