Accueil  ·  Stats

- Dimanche 17 décembre 2017 - 09:15 -

 

Le saint du jour

Fête du Jour : Origine et Histoire...
Fête de Saint Gaël
C'est l'Automne en ce moment :-)

Sommaire


Puce PLAN INTERACTIF
Puce ANCÊTRES ILLUSTRES
Puce ASCENDANCE SOSA
Puce BASES GÉNÉALOGIQUES
Puce COUSINS CÉLÈBRES
Puce VERS RAMSÈS II
Puce ARMORIAL FAMILIAL
Puce OUTILS de RECHERCHE
Puce MISES à JOUR
Puce ESPACE PRIVÉ

Chroniques familiales


Puce CHRONIQUES index
Puce Famille ASSENS
Puce Famille BOURLET
Puce Famille BRON
Puce Famille COLLARD
Puce Famille DONNET
Puce Famille DUDOUIT
Puce Famille GEHIN
Puce Famille GIL
Puce Famille GUEDON
Puce Famille LUCAS
Puce Famille NAJAC
Puce Famille PLANTIER
Puce Famille SOULA
Puce Famille VINCENT

Études


Puce ÉTUDES NOBILIAIRES
Puce RECHERCHE NOBILIAIRE

Gheraldic


Puce GHERALDIC

Notre choix du web


Tous les liens...

Nos autres sites


Puce CMS GIL
Puce PAYS du VIAUR
Puce CONCHYLIO

Référencement

Aucune bannière pour l'instant

Retour historique sur Cordes




"C'est en 1222 que Cordes fut fondée par le comte de Toulouse Raymond VII qui succédait à peine à son père. A cette époque, le pays, fortement éprouvé par la guerre des Albigeois, était dans la désolation: les croisés avaient pillé à plusieurs reprises ses campagnes brûlé et saccagé maintes localités des alentours, Saint-Marcel notamment. Les populations appauvries restaient sans moyens de défense, à la merci d'un ennemi quelconque. Aussi importait-il au jeune comte de leur procurer au plus tôt, dans cette région de Saint-Marcel, un abri sûr et, pour lui et les siens, d'y créer en même temps un centre possible de résistance. Dans ce but, il octroya, la dite année, une charte de privilèges aux personnes qui viendraient habiter la bastide en construction sur le puech appelé de Mordagne.

Il est à remarquer que le nom de Cordes (Cordoa Cordua, Corduae, parfois Corduba) offre une singulière consonance avec celui de la ville espagnole de Cordoue. Le fait n'est pas unique: Pampelonne, Cadix, Valence, qui se trouvent dans la partie septentrionale du Tarn, sont dans le même cas. Et il faut noter que les Cordais furent autorisés, en 1273, à tenir une foire le jour de la fête annuelle de saint Barthélemy, patron des tanneurs. Au milieu du siècle suivant, le roi Jean leur permit de construire (ou plutôt reconstruire) une halle pour leur commerce des étoffes et des cuirs. Ces rapprochements sembleraient autoriser l'hypothèse d'une étroite relation entre le nom de la bastide et l'industrie de la tannerie. Peut-être avant 1222, des ateliers pour le traitement des peaux étaient-ils déjà établis, comme de nos jours, sur les bords du Cérou, au bas du puech de Mordagne.

Quoi qu'il en soit de cette conjecture, la nouvelle bastide prospéra rapidement. Sept ans après sa fondation, il était stipulé dans le traité de Paris qu'elle serait remise au roi avec quelques autres places réputées les plus fortes de la région, comme Penne; le comte devait rester prisonnier au Louvre jusqu'à leur livraison. Vers la même époque, Cordes était déjà le chef-lieu d'un archiprêtré.

Après 1229, la partie de l'Albigeois au Nord du Tarn devint une sénéchaussée qu'on rattacha ensuite à celle de Toulouse, puis à celle de Rouergue et finalement (1262) à celle de Toulouse.

Si rien ne prouve que Raymond VII ait habité Cordes, tout au moins y séjourna-t-il plus ou moins longtemps, à plusieurs reprises, ainsi qu'il résulte d'actes de son autorité, datés de ce lieu. Quand il fut mort (1249), ses domaines passèrent à sa fille Jeanne qui, suivant une clause du traité de Paris, avait épousé Alphonse de Poitiers, frère de Louis IX. Du décès de Jeanne et de son mari (1271) à la réunion du Languedoc à la couronne (1361), le roi fut comte de Toulouse. Cordes n'a donc eu d'autres seigneurs que Raymond VII, sa fille et les rois de France.

On sait que la localité a été un des foyers de l'albigéisme, ce qui n'est nullement surprenant vu les événements qui avaient précédé sa naissance. Dans une contrée dévastée par les hordes de Simon de Montfort, l'amour du sol natal devait s'allier à une certaine sympathie pour des compatriotes victimes de leur attachement à la religion cathare. Dès que de solides murailles eurent couronné le sommet de la colline cordaise, maint hérétique vint sans doute chercher abri dans ce castrum.

D'interrogatoires subis par des "faidits" au cours du XIIIe siècle, il ressort que dès ou vers 1226, des cathares y établirent un atelier de tissage, sorte d'école hétérodoxe ou, dans tous les cas, lieu de rendez-vous d'apôtres de la croyance à une double divinité bonne et mauvaise. Il a été souvent raconté et l'on répète encore qu'en 1233, trois inquisiteurs furent précipités dans le puits de 100 mètres de profondeur creusé sous la halle actuelle. Suivant la légende, l'insurrection marquée par ce triple meurtre aurait été provoquée par l'exécution d'une personne des environs de Laguépie, de Sommard, suspecte ou convaincue d'hérésie. Il est regrettable si l'on tient aux légendes que celle-ci ne repose sur aucune donnée sérieuse. Elle n'est pas antérieure au milieu du XVIIe siècle et la paternité en revient à un dominicain, Giffre de Réchac, qui, travaillant à une histoire de son ordre, à Bordeaux, a dû confondre lieux et dates. Car un événement aussi grave eût laissé quelque trace dans les documents du temps, notamment dans la chronique des années 1229 à 1237 due à Guilhem Pélisson qui exerca l'office d'Inquisiteur à Albi. Il n'en est pas davantage question dans le procès-verbal de la réconciliation de la ville avec l'Eglise et l'évêque B. de Castanet, acte de 1321, oû sont énumérés avec minutie tous les prétendus méfaits de la population cordaise qui, pour la rémission de ses torts, fut condamnée à bâtir dans l'espace de deux années une chapelle expiatoire dédiée à saint Louis. On pourrait tout au plus admettre que le massacre imaginé par Réchac est l'écho amplifié d'une émeute oû des menaces de mort ont pu être proférées sans être suivies de voies de fait.

Quand le catharisme eut été dompté par l'Eglise, l'apaisement général qui en résulta et qu'affermit la sage administration d'Alphonse de Poitiers eut pour effet de pousser au plus haut point la prospérité de la ville. Alors (fin du XIIIe siècle) fut construite l'église de Saint-Michel, à laquelle le titre paroissial qu'avait d'abord possédé l'église Notre-Dame passa définitivement. Alors (fin du XIIIe siècle et premier tiers du XIVe) de nombreux bourgeois, enrichis par le commerce, bâtirent ces belles maisons aux façades de grès, dont l'ordonnance et la décoration sculpturale excitent à juste titre notre admiration. Selon toute vraisemblance, la population atteignit à cette époque le chiffre de 5.000 à 5.500 âmes. Ce fut là l'âge d'or de la localité dont le bien-être, on peut dire l'opulence, avait été le fruit d'une activité industrielle et commerciale favorisée par la paix et peut-être aussi par l'éloignement ou l'affaiblissement momentané de centres de concurrence.

Si la région albigeoise n'a été à aucun moment le theâtre de la guerre de Cent ans, elle n'a pas échappé aux conséquences de toute nature de cette longue période de défaites et de désarroi. Des incursions de bandes de pillards ont gêné les transactions; les "compositions" à payer aux routiers, les nombreux et lourds subsides à verser au roi ou à ses lieutenants, de terribles épidémies de peste, celle notamment de 1348 qui ravagea une partie de l'Europe, ont contribué à affaiblir le chiffre et les ressources de la population cordaise.

Au XVe siècle, la ville s'est trouvée mêlée à la querelle de deux prétendants, à l'évêché d'Albi, Bernard de Cazilhac, l'élu du chapitre cathédral et du concile de Bâle, et Robert Dauphin, désigné par le roi. Or, Dauphin était un étranger, tandis que la famille de Cazilhac possédait la seigneurie de Milhars, toute proche de Cordes et comptait maints partisans dans le voisinage. Aussi les Cordais furent-ils assez naturellement amenés à se ranger du côté de Cazilhac. Mal leur en prit. Menacés un moment d'une attaque de Rodrigue de Villandrando, le fameux aventurier alors aux gages de l'adversaire, il n'évitèrent ce peril que pour subir le pillage de troupes envoyées par le roi. Cazilhac était venu se réfugier dans leurs murs, ils crurent se tirer d'affaire en laissant pénétrer dans la place une poignée de ces gens d'armes, trahison qui ne servit a rien, car la ville fut mise à sac et le malheureux prétendant eut tout juste la ressource de s'évader en chemise a la faveur de la nuit. Ces événements avaient lieu en mars 1437. Le mois suivant, la communauté dut obtenir à chers deniers des lettres royales de rémission pour avoir soutenu assez mal cependant la cause de Cazilhac.

Le conflit épiscopal se continua devant les cours de justice. Néanmoins, l'ordre ne renaquit pas immédiatement dans l'Albigeois. Peu de temps après, en 1439, le dauphin Louis (Louis XI) se rendait dans le Languedoc afin d'y faire cesser vols et pilleries. A cette occasion, il passa à Cordes, le 23 octobre; il y était encore (ou de nouveau) le 26.

Mais le milieu de ce siècle, qui coincide avec la fin de la guerre des Anglais, est marqué par un évident retour à un bien-être relatif. C'est ce qui ressort de la considération même des dépenses peu ordinaires engagées à cette époque pour la réfection totale de la nef de l'église paroissiale, pour la reconstruction d'une église rurale ( Saint-Pierre de Crantoul, disparue), pour la réparation de la maladrerie (dont il ne reste que des vestiges près des Cabannes) .

De ces temps à ceux des guerres civiles religieuses, l'intérêt des annales locales est médiocre. Quelques épidémies de peste, des violences de malfaiteurs qui, de temps à autre, "mangent la poule du pauvre peuple", le passage (probable), en 1533, de François ler dans la vallée du Cérou quand ce roi se rendait de Monestiés à Albi, tels sont les seuls détails plus ou moins intéressants qui se rapportent à cette période.

Les discordes de la fin du XVIe siècle vont engendrer des épisodes plus notables. Cordes, qui jadis avait été fortement compromise dans l'albigéisme, se montra cette fois très attachée aux idées catholiques, la Réforme ne parvint à recruter que de rares adeptes parmi ses habitants. Cette préférence lui valut d'être en butte aux attaques des huguenots qui, à deux reprises, en 1568 et 1574, s'en rendirent maîtres et y commirent toutes sortes d excès. Le 9 septembre 1568, le baron de Paulin, qui venait de s'emparer de Gaillac, pénétra dans la place à la faveur d'une capitulation dont les clauses, ainsi qu'on en usait fréquemment alors, ne furent pas respectées. Le couvent des Trinitaires, leur chapelle et leur hôpital furent rasés, on incendia le presbytère attenant à ces bâtiments, ainsi que la toiture de l'église Saint-Michel. Après s'être acharné à endommager les fortifications, l'ennemi se retira en mettant le feu à l'une des portes de la ville.

Six ans après, dans la nuit du 22 au 23 mai 1574, un capitaine protestant du nom de Peyrole, originaire de Bruniquel, s'introduit avec ses gens dans le "fort", c'est-à-dire la ville haute, la bastide. Toutefois, une partie de la population organise une résistance énergique et, tandis que le chef des agresseurs se promenait la nuit dans son logis, un des défenseurs, muni d'une arquebuse, "tire droit à l'ombre marquée à la muraille opposée, de sorte qu'il perça la vitre et donna dans le corps de PeyroLe, de quoi ses soldats avertis, éparpillés dans les maisons particulières, prennent l'épouvante et quittent la ville". Durant deux siècles, une procession a été faite tous les ans, le 24 mai, pour fêter la "délivrance" de la localité.

Fidèles à leur politique catholique, les Cordais adhéraient ensuite à la Ligue. Ils ne daignèrent reconnaître Henri IV qu'en 1595, alors que ce roi avait déjà depuis deux ans abjuré le protestantisme.

Les guerres de religion avaient provoqué de continuelles alarmes, entraîné des violences et abus de toute sorte, tant du fait de l'ennemi que de celui des troupes chargées de le combattre. Les dépenses considérables que nécessitait une pareille situation s'étaient encore augmentées à l'occasion d'épidémies de peste, celle surtout de 1587, année de la grande contagion . Aussi, les ressources et le bien-être de la petite cité ont-ils été sensiblement éprouvés par ces dissensions intestines et autres infortunes.

Au siècle suivant, les révoltes du duc de Rohan remuent tout l'Albigeois, mais sans créer à Cordes une situation particulièrement fâcheuse. La communauté, par l'envoi de soldats et de munitions, participe aux sièges de Montauban, du château de Bruniquel et de Saint-Antonin.

Un peu plus tard, de 1629 à 1632, elle est désolée par la peste. Cette épidémie, si longue, a laissé dans les documents de l'époque de fréquents témoignages de l'activité de l'administration communale. D'abord, on ferme la plupart des portes des fortifications, une direction de la sante est chargée de prendre les mesures les plus urgentes, on impose une quarantaine à quiconque vient d'un lieu contaminé ou simplement suspect. Quand des cas de peste ont été constatés, les consuls louent des désinfecteurs pour l'assainissement des maisons, ils accordent aussi des gages à un chirurgien qui s'occupera des malades les habitants brûlent du genièvre dans les rues afin de purifier l'air. Le nombre des personnes atteintes augmentant, on se résout à les cantonner hors des murs et défense leur est faite de franchir les palissades qui entourent leurs "huttes". D'ailleurs ,des gardiens ont mission de s'y opposer par la force. L'épouvante est telle que tous ceux qui en ont les moyens désertent leur demeure pour aller se réfugier à la campagne; les pauvres pullulent et leur misère est extrême. Ce n'est pas seulement la maladie qu'il faut s'acharner à combattre, mais en même temps l'affolement général. Des prières aux saints Fabien et Sébastien étant restées sans effet, le peuple n'en persiste pas moins à recourir au Ciel: le 31 octobre 1631, le conseil communal, consuls en tête, se rend à la chapelle du Saint-Crucifix et là, avec tous les individus encore valides, l'engagement solennel est pris de faire réparer et entretenir à perpétuité ce petit édifice. Bien que la peste n'ait cessé que quatre mois après, tous les ans, au mois de mai, une procession commémore, depuis 1632, le souvenir de ce vo&etrema;u. Il est à retenir que lors de cette effroyable "contagion", deux Cordeliers du Couvent de Toulouse, les Peres Palanrat et Favarel, vinrent bénévolement soigner leurs compatriotes cordais. Pour toute rémunération de ses peines et du danger qu'il avait couru, le Père Palaprat accepta la somme nécessaire (15 livres) aux frais du remplacement de ses vêtements.

Si cette épidémie n'a pas anéanti la population cordaise, cela tient à ce qu'elle frappa surtout les habitants qui n'avaient pas pu s'éloigner. Or, la majorité se dispersa dans les fermes et villages voisins et, en définitive, la communauté se trouva moins affaiblie par les décès qu'endettee par les multiples dépenses commandées par les circonstances.

A la réserve de ces détails, on n'aurait guère à constater que plus le pouvoir central empiète sur les attributions des corps municipaux aidé dans ce travail d'absorption par les malheurs qui les paralysent moins vivantes et originales se présentent les annales d'une ville. Son histoire tend à se confondre avec celle du royaume, tout au moins avec celle de la province, dont elle fait partie. La chronique n'a plus guère à relater, dans le domaine épisodique, que quelques calamités, d'ailleurs souvent communes à toute une région. On sait, par exemple combien furent meurtrières plusieurs années de la fin du XVIIe siècle. En 1693 notamment, on compte a Cordes sept décès contre deux naissances. Les récoltes de 1705 et 1708 donnèrent très peu. En 1709, la misère éprouva durement la basse classe du peuple à tout instant, les déliberations communales rapportent que les pauvres périssent de faim et de froid aussi, car cet hiver fut particulierement rigoureux. L'année suivante et en 1712, leur situation ne fut guère meilleure. Cà et là, jusqu'à la Révolution, la peste et la disette affligent la localité dont l'industrie périclite de jour en jour son commerce baisse et son importance économique n'est plus à comparer à celle dont elle avait joui à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe.

La convocation des Etats généraux y fut accueillie comme partout ailleurs, avec l'enthousiasme que suscitait l'espoir de temps meilleurs, d'un régime d'égalité qui remplacerait désormais des abus surannes.

A ce moment, Cordes, en pleine décadence, n'en conservait pas moins un rang notable dans le diocese civil d'Albi. Elle en était l'une des "villes maîtresses", envoyait un représentant à toutes les assemblées délibérantes de cette circonscription administrative et, un an sur trois, alternant avec Rabastens et Lisle, un de ses consuls assistait aux Etats généraux de la province. Son ressort s'etendait soit pour la répartition des impôts, soit à un point de vue purement honorifique, sur un territoire équivalent a son futur canton. Aussi, quand la Révolution l'eut transformée en une simple commune, se sentit-elle diminuee car le titre de chef-lieu de canton, n'entraînant aucune prérogative municipale, ne compensait pas ce qu'elle perdait. Les documents de l'époque laissent percer ce désappointement d'aileurs éphémère.

Entraînée par les événements, la grande majorité de la population suivit l'impulsion générale sans la moindre pensée de regret pour la monarchie déchue. Cela dura, sans discordance sensible, jusqu'au moment oû la Terreur déconcerta son rêve d'équité sociale et choqua ses vielles habitudes religieuses. Il se produisit alors un arrêt dans son élan, et l'action énergique du Gouvernement et de ses représentants en mission ne fut pas toujours inutfle pour la maintenir dans la bonne voie. Toutefois, l'Administration centrale du département reconnaissait, en thermidor an VI, que la cité de Cordes n'avait pas cessé de donner "des preuves d'un civisme éclairé et soutenu".

A cette heure si le chiffre de la population communale reste bien inférieur à celui qu'il a dû atteindre jadis, si la fabrication des toiles a complètement disparu, l'activité locale n'est pas éteinte. On prépare encore des cuirs aux Tanneries et une industrie nouvelle, celle de la broderie mécanique, importée de Saint-Gall (Suisse) à la suite de la guerre de 1870 par un membre de la famille Gorsse, occupe de nombreuses personnes. Quand la ligne de Vindrac à Carmaux sera terminée, il est vraisemblable que les facilités de transport seront favorables à sa prospérité ; elles provoqueront peut-être d'heureuses initiatives industrielles et permettront notamment l'exploitation rationnelle de ces bancs de grès des environs de Salles dont sont faites les belles façades des vieilles demeures cordaises (*). "

Source : Charles Portal – 1913

 

La peste à CORDES et dans ses alentours du XVIe au XVIIIe siècle

Ce sujet a été en partie traité par l’abbé Quérel, alors vicaire de la paroisse, puis, plus en détail, par Charles Portal, dans son Histoire de Cordes. Cependant les pages qui suivent sont fondées sur des documents inédits aussi, inconnus de nos prédécesseurs ou négligés par eux. La matière n’en est d’ailleurs pas pour autant épuisée.
Ce terrible fléau de la peste remonterait loin dans les annales de l’Albigeois : l’évêque d’Albi Salvius ( devenu saint Salvy ) serait mort victime de son dévouement à ses compatriotes pestiférés en 584. La célèbre Peste Noire de 1348 est signalée en Rouergue et à Lisle d’Albigeois, assez près de Cordes. Par la suite, le fléau apparaîtra par intermittences, plus ou moins virulent, plus ou moins général. On possède encore peu de détails locaux pour le XVe siècle : ainsi en mai 1463 - période d’épidémie générale - les portes de la ville de Cordes sont gardées par précaution. Ensuite on est mieux renseigné.

Suivant les régions, cette maladie reçut divers noms, car il y avait plusieurs sortes de peste, et d’autres infections étaient plus ou moins confondues avec elle. Le " carboncle " était une inflammation, parfois générale, du corps. A Saint-Antonin, en 1432, on prie contre " la cruel pestilencia de vossos (bosses) et de mal caout " ( mal chaud, brûlure interne ). A Lautrec, en 1474, la " bossa " est le nom vulgaire. Le bubon ou bosse était un aposthème ou abcès non ouvert, en général une tumeur. Il prenait aux jambes, aux aisselles ou à l’aine. Ce ganglion lymphatique engorgé ou enflammé était le principal signe de l’infection. Son ablation dès l’apparition pouvait parfois sauver le patient. La " miquelle " qui, en 1579, tourmente le Rouergue, est sans doute une autre maladie - mais laquelle ? Le vocabulaire des documents est d’ailleurs peu précis.

Au XVIe siècle

Dès juillet 1501, le fléau est mentionné à Cordes, et encore de 1506 à 1512 ; et dans les alentours en 1522-1523. Dès lors presque tout l’Albigeois est infecté.

Pour Cordes, les premiers documents des archives remontent à 1564. Le mal aurait été importé par des peaux infectieuses venues de Castres, où il y avait eu 4 000 morts l’année précédente, et où la peste sévissait encore. Dès le début de septembre il y a quelques victimes; la population déserte la ville et en octobre les consuls constatent qu’ils y sont à peu près seuls depuis cinq semaines. En décembre ils font expulser une femme reconnue pestiférée.

A la fin novembre 1577 le syndic du diocèse avise le parlement de Toulouse que la peste est en Velay et dans la ville du Puy, et qu’il y aurait eu 3 000 à 4 000 morts. Comme il passe en Albigeois des gens venant de ce pays, il y a danger ; il demande que le parlement ordonne de monter la garde jour et nuit aux portes des lieux, non moins d’ailleurs à cause du brigandage, ce qui se faisait souvent spontanément.

En 1586, il y a un retour offensif de la contagion dans l’Albigeois. Cordes était indemne lorsque l’évêque Médicis, qui avait quitté sa ville, annonce son désir de venir loger à Cordes. On délibère, le 27 septembre, de " lui dire de ne pas venir encore, il n’avoit guères de temps quil estoit sorty du dict Alby, afin de voir comment les affaires de la peste d’Albi iront, pour éviter le danger qui pourrait venir ici, et après on l’accommodera et fera tout le nécessaire... que sera possible ". Le 11 octobre, comme il avait à nouveau annoncé sa proche venue, on décide de le loger chez Poussard, un des notables ; il n’était pas encore arrivé au 19 novembre ( mais il était là en août suivant).

 L’année 1587 fut cruelle pour les Cordais, leur laissant un pénible mais vivace souvenir; plus tard, en l’évoquant, ils diront : l’année de la grande contagion. Dès le 7 juin il est question de " la famyne et le danger de peste qui est aux environs... journellement ruinés, pillés, saccagés et le peuple trouvé dans les champs meurtri par l’armée du roi ". Le 27 juin, le mal est décelé en ville ; il durera quatre mois. Les habitants fuient, apeurés par les nombreux décès, à tel point qu’il ne reste qu’environ 60 hommes, dont la moitié n’est pas capable de porter les armes. Surcroît de malheur, on est en guerre, et il faut éviter que la ville ne tombe aux mains des rebelles. On s’adresse à l’Assemblée diocésaine et à Guillaume de Joyeuse, maréchal de France et lieutenant général du roi en Languedoc, pour obtenir une garnison ; Joyeuse ordonne qu’une troupe de 77 hommes y serait mise aux frais du diocèse. Par l’entremise de " M. de Royre ", lieutenant d’une compagnie de gens de pied pour le service du roi dans le diocèse et de l’évêque Médicis, gouverneur du diocèse, on trouve un courageux volontaire, Jacques Barbaste, un Gaillacois, l’un de ces petits capitaines servant le diocèse. Il est nommé par l’évêque Médicis, et l’Assiette diocésaine ratifie cette nomination le 29 septembre seulement, alors que notre capitaine était arrivé le 14 août avec 60 arquebusiers. Ils assurent jour et nuit la garde de la ville qu’ils trouvent " réduite par la mortalité de la plupart des habitants, les autres ayant abandonné la ville, sauf 7 à 8 habitants qui restèrent avec les désinfecteurs ". Quelques uns de ses soldats sont victimes, et leur capitaine n’obtient que 50 écus (150 livres) pour secourir leurs veuves et leurs enfants, plus, semble t’il, une gratification personnelle de 50 écus (payée avec retard en 1588). En juillet on cherche du blé pour nourrir les pauvres et les " infects de l’hôpital, afin qu’ils ne courent la ville, pour se garder de plus grande infection ". On lève un emprunt, et 50 setiers (650 litres) de farine sont cédés par les consuls d’Albi (car on ne peut compter sur les moulins des environs, presque tous atteints par la contagion). Des quatre consuls, trois meurent. Des deux capitaines de la santé, l’un trépasse et l’autre est touché. On établit des cabanes hors les murs et on y parque les malades avec un garde, encore en fonction à la fin de novembre. On invoque Saint Fabien et Saint Sébastien.

Tout cela était coûteux. La caisse municipale peut, dans l’année, régler une partie des impôts et charges diverses. Pour liquider le solde, on fait, l’année suivante, un emprunt (un de plus...). Le 2 janvier 1588, la ville " est réduite au dernier point de la misère et se trouve presque déserte et inhabitable, et en danger extrême par le voisinage des ennemis " (les protestants). En mai, il en est de même, mais en septembre la  peste a disparu.

Après quelques années d’un répit relatif, et l’hiver de 1591-1592, long et froid, la peste réapparaît le 17 novembre 1593 dans une auberge. Dès le lendemain, il est décidé que les infects seront transportés à saint Jean de Mordagne, loin de la ville, où on leur bâtira des huttes et où ils auront leur cimetière. On engage un chirurgien d’Albi, chargé de soigner les malades, pendant un an.

Le mal disparaît en janvier 1594, puis reprend de mars au 19 mai, avec un dernier décès constaté en août. Si cette épidémie intermittente sévit longtemps, elle semble avoir été moins meurtrière qu’en 1587. Cependant sa propagation était due aussi à quatre désinfecteurs, que nous retrouverons sur le gibet. Le siècle se termine avec, à nouveau, la contagion dans les murs (décembre 1598).

Au XVIIe siècle

Les Cordais redoutent en 1603-1604, une nouvelle invasion de la peste. De même en 1622, car elle sévit à Toulouse et dans le Montalbanais, sinon même plus près : cette année là, sur les limites de la juridiction, à Arnac, une maladie ou épidémie est décelée dans les registres notariaux; le nombre des testaments quadruple de fin mars à fin avril, sans que la contagion y soit mentionnée. Après une accalmie de deux mois, elle reprend fortement surtout à Montrozier et Féneyrols; le nombre des testaments décuple de juillet à octobre (surtout en juillet). Un notaire indique chaque testeur comme " atteint de maladie corporelle en son coeur ". Un seul testateur, d’ailleurs bien portant, dicte ses dernières volontés, par appréhension, " voyant les troubles et la guerre qu’est au présent pays et mêmes les grandes maladies générales. "

Voilà bien la cause initiale de cette épidémie épisodique : la présence de l’armée royale venue, en juin, faire capituler " la républicque de Saint Antonin " ( la ville protestante ennemie de Cordes pendant les guerres civiles). Cette armée avait toujours dans ses bagages quelque germe ou maladie infectieuse. Forte de 6 000 ou 10 000 hommes suivant les auteurs, elle est répartie dans toute une vaste région qu’elle contamine. Nous ne savons si Cordes même fut atteinte; elle vit dans ses murs des soldats royaux, elle eut à fournir au camp des assiégeants des vivres, puis des soldats et des pionniers. D’où des contacts qui pouvaient bien importer ici l’infection.

 A partir d’avril 1628, le danger devient imminent. La peste est dans Villefranche de Rouergue ( où en quatre mois elle aurait fait 4 000 victimes). On n’est pas sans apprendre à Cordes cette funeste nouvelle ; aussitôt, on prend de multiples et sévères mesures de sécurité, d’ailleurs efficaces. On défend aux bateliers de faire traverser le Viaur ou l’Aveyron aux Rouergats. On garde les portes, on met des barricades et des barrières. On refoule des riverains et des étrangers; on supprime les foires et marchés. Un médecin et un chirurgien doivent quotidiennement visiter les malades et signaler les infects, que déjà la mort habite. Albi, Castelnau de Montmiral, Varen sont la proie du mal. Carmaux est " suspect " et, en août, revenant d’y visiter sa famille, Marguerite de Ciron, veuve de Jean de Monestier, seigneuresse douairière de Mouzieys, et créancière de la ville de Cordes, reçoit l’ordre de " se tenir enclose dans sa maison de Mouzieys ", c’est à dire en quarantaine; et de plus nul habitant du lieu ne sera reçu à Cordes. Le 5 novembre elle vend aux consuls 50 setiers de froment (environ 6 hectolitres 50 litres), qui sont convertis en pains distribués aux nécessiteux.

 En 1629, année stérile, on reprend les précautions à partir de mai ; on brûle les vêtements d’une personne de retour de voyage, et elle doit rester huit jours recluse chez elle. A la fin juin, Cesteyrols et Vindrac sont atteints ; la peste rôde dans la périphérie, et le 29 juillet décède en ville un pestiféré. Le surlendemain on nomme quatre délégués à la direction sanitaire, avec tous pouvoirs ; ils sont renouvelés tous les quinze jours, puis ils seront seize. La ville est en bonne partie déserte ; des gardes surveillent les maisons abandonnées, à cause des maraudeurs.

A l’automne l’amplitude de la maladie est atténuée, les infects ont été logés hors ville, à Saint Jean de Mordagne surtout. On a imposé des quarantaines (de 15 jours) à ceux qui reviennent en ville ou qui viennent de lieux suspects, avec des amendes s’ils rompent la quarantaine. Pour constater si les maisons ont été bien assainies, on y met des " espreuves ", qui sont des personnes désignées d’office, que les locataires ou propriétaires doivent rétribuer. Si " l’épreuve " en sort bien portante, cela prouve que l’habitation est saine. On engage deux chirurgiens, trois désinfecteurs et deux fossoyeurs ( les corbeaux ).

 A Saint Antonin, la peste dure d’août 1629 jusqu’en avril 1630, mais la campagne environnante est préservée. La ville, qui est presque totalement désertée, dépense très peu, par comparaison avec Cordes; ainsi, chaque gardien des portes ne touche que 2 sols par jour. Deux Capucins venus du couvent de Toulouse au secours des habitants y laissent leur vie.

 En janvier 1630, il n’y a plus que cinq malades; les habitants guéris sont autorisés à rentrer dans leurs demeures. Mais au début du printemps, la plupart des lieux du voisinage, sont ravagés par la contagion, et pendant l’été, c’est au tour de Pampelonne, le Rodié, Seaulieu et son voisin Saint Projet (Ratayrens), puis Milhars. On reprend donc des mesures de sécurité; elles protégeront la ville.

  En 1631, il n’en sera pas de même ; après un début d’année sans alarme, et un printemps passé dans les craintes les plus vives, la peste surgit à nouveau au début d’août, suivie de décès ; il y en aura plus de 300 dans la ville dès la mi-octobre, sans compter ceux qui ont lieu à Saint Jean et ailleurs. Tout ce qui pouvait humainement être fait restant inefficace, c’est au ciel que les malheureux survivants s’adressent en ultime ressource. Le 31 octobre, au devant de l’église du Saint Crucifix, après la célébration de la messe, les trois consuls rescapés ( le quatrième est mort ) en présence de plus de 40 habitants, toute cette assistance aussi à genoux et tête nue, font le voeu : de réparer et remettre en état cette église ; d’y célébrer annuellement à perpétuité une messe haute du Saint Esprit, précédée d’une procession générale venant de l’église paroissiale, à laquelle tous les habitants seront tenus de se retrouver. On demandera à sa Sainteté des indulgences pouvant être gagnées en cette église. Contrairement aux dires de l’abbé Quérel, le vœu n’eut pas d’effet immédiat, puisque la peste dura quatre mois encore. Ce n’est qu’au 25 février 1632 que dans le registre des délibérations communales on lit : " la santé, grâces à Dieu, nous est arrivée ".

 Le 27 avril, on décide que la procession générale, et la messe au Saint Crucifix, auront lieu à l’avenir chaque premier vendredi de mai. ( En 1932, on fêta grandement le tri-centenaire, avec, le lendemain matin, procession au cimetière des pestiférés à Saint Jean de Mordagne.). Néanmoins, de crainte d’un retour offensif, on nomme quatre " directeurs à la santé ", on engage un médecin, et l’on décide de garder le chirurgien-parfumeur Vidallet pendant deux ans encore.

 Désormais, si l’Albigeois, et le Gaillacois ne sont pas entièrement immunisés, s’il se produit un décès de pestiféré à Amarens, localité voisine, et celui d’un " suspect " en ville, il n’est guère question de cette calamité pendant dix sept ans. Cependant, de 1649 à 1655, il faut en revenir aux mesures coercitives car, si Toulouse est sous l’emprise de la peste, les environs de Cordes ( mais non la ville ), comme Bournazel, Lacapelle, Laguépie et autres lieux, sont suspects ou même atteints (1652). Après 1655, la ville et ses environs ne rechuteront plus. On aurait pu craindre que les catastrophiques années de 1692-1694 (" las annados del mal temps ") avec leur famine, affaiblissant les corps, et une mortalité qui par endroits, atteignit des proportions extraordinaires favoriseraient un retour de la contagion. Il n’en fut heureusement rien. Après le célèbre, long et terrible hiver de 1709, survint celui de 1710, plus dur, mais court. Par comble d’infortune, la peste sévit cette dernière année, on fit une procession au Saint Crucifix. L’archevêque prescrit des prières dans les diocèses.

 Il y eut alerte en 1720, en conséquence de la grande peste qui éprouvait Marseille. On garda les portes et on rétablit, partout les passeports ou certificats de non-contagion, pour les déplacements. En juillet 1721, par précaution, on nomme un Conseil de Santé, quoique la peste fût éloignée, bien qu’ayant tendance à se rapprocher disait-on en septembre. Puis il n’en est plus question ici. La déclaration royale de décembre 1722 déclara la maladie éteinte. Ce fut la fin d’un long cauchemar de misères morales et physiques.

La lutte contre le mal.

Lutter contre le mal fut ardu, et en général la médecine du temps échoua pour la prophylaxie comme pour la thérapeutique.

Dans le domaine sanitaire, on engage par contrat des médecins et chirurgiens, habituellement pour un an, à des tarifs plu ou moins élevés, selon la période et l’acuité de la maladie. Les uns et les autres viennent naturellement de l’extérieur (Albi, Toulouse ). Le médecin est rétribué 90 livres en 1586, 100 livres en 1622 ( avec contrat de trois ans ), 150 en 1632. Pour les chirurgiens (dont les tarifs sont généralement élevés), la rétribution varie beaucoup d’une année à l’autre : 60 livres en 1592, 100 en 1593 ; 200, 300 (plus le logement ) et 1 200 en 1629 ; puis, en 1632-1633, la crise passée, 200 livres. A ces traitements fixes s’ajoutent les rémunérations des soins par les particuliers.

Les désinfecteurs, au nombre de deux à six, ou même plus par moments, reçoivent 50 livres par mois. On les appelle aussi les " désaireurs " ou " déséreurs ", et leur travail le " désairement " ou " désérement ". On les recrute surtout à Toulouse. En décembre 1593 et janvier 1594, ils travaillent six à sept semaines consécutives, et réclament alors leur dû, qui  sera totalement réglé qu’en 1598 et 1601. En 1594, on en surprend quatre qui, pour s’assurer un travail prolongé, vont de nuit jeter des cataplasmes infectés dans les maisons. Le parlement les fait arrêter, puis pendre et brûler. En 1628, on envoie deux désinfecteurs à Salles. A leur retour on leur fait nettoyer des maisons. Ils exécutent mal leur travail, puisque les personnes revenues occuper les locaux tombent malades. On les renvoie et on fait venir des remplaçants de Toulouse. En 1629, un procès est intenté à l’un d’eux.

Il y en eut un, de grande réputation, Pierre Vidallet, originaire de Saint Antonin, qui était chirurgien aussi. En décembre 1630, il va près de Sommard " déserer, parfumer et nettoyer ", maisons, granges et meubles. Les consuls de Cordes décident le 28 octobre 1631 de le faire venir, et le 12 novembre, il s’engage à désinfecter, avec son personnel, cent maisons. En mars 1632, il est prisonnier des gardes du regrattage du sel (les détestés gabelous) sous prétexte de complicité avec des faux saulniers. Les Cordais le réclament pour qu’il achève de purifier plusieurs maisons, et on décide de s’assurer ses services jusqu’à la Saint Jean Baptiste. En fait, il reste encore après ce terme, puisqu’en octobre, étant à la veille de partir pour Condom, il se voit offrir 18 livres par mois pour rester ; ce qu’il accepte. Le mois suivant, il purifie, dans un four, les objets d’un infect décédé. Le 13 février 1633, pour ne pas le laisser partir pour Albi, ville qui voulait l’employer, on renouvelle son contrat : il aura 200 livres par an et sera logé. Si la ville est frappée, il parfumera les maisons à 10 livres pièce, nourri, ainsi que ses employés. Il administrera les médicaments nécessaires suivant un prix qui sera fixé. Il ne pourra s’absenter sans le consentement des consuls. Le 30 avril on l’autorise d’aller soigner les pestiférés de Saint Juéry ; et le 16 mai ceux du Verdier, appelé par les consuls. Il est encore à Cordes en 1634, puis on perd sa trace. Ses prétentions apparaissent modestes, si on peut comparer avec celles de son confrère chirurgien désinfecteur Buisson, qui demande à Villefranche de Rouergue, en 1628, 50 000 livres pour ses drogues et ses peines seulement. Certes Villefranche est une ville beaucoup plus importante ce qui rend la comparaison difficile. Le désairement était total : rues, immeubles, linges, meubles, vêtements. On fit même un four pour ces derniers objets.

Le grand remède aurait été l’incendie des maisons, mais on ne l’employa pas, vu les risques, d’autant plus qu’un arrêt du parlement obligeait, le cas échéant, à indemniser les propriétaires riverains. On brûlera parfois des vêtements d’infects ou suspects. On faisait force fumigations avec du foin, de la paille humide, de la résine, du soufre, du genévrier (dont deux charretées coûtent, en 1587, 5 écus ou 15 livres).

On employait : benjouin, chicorée, verveine, vinaigre, du limon (sorte de citron très juteux), de la coriandre et autres substances odoriférantes. Et diverses drogues dont la fameuse panacée qu’était la thériaque.

Source : Extrait d’une étude de Raymond GRANIER en rapport avec un texte sur le même sujet de Charles Portal.

haut de page


Retour

Espace membre

pseudo
password

Blog

Liste des Blogs
Notice d'utilisation

Galerie héraldique


Tous les albums...

Publicité



Membres en ligne

visites En ce moment:
0 membre et 5 visiteurs
81 visites aujourd‘hui
Record de visites:
17/10/12: 827 visites
Record de membres:
04/04/06: 19 membres
Record simultané:
07/11/17: 117 visiteurs
04/04/06: 4 membres

Visiteurs

1393082 visiteurs
depuis le 06/01/2006



© Geneagil 2006 Thème graphique inspiré de charcoal de phpbb
Réalisé avec Pwsphp® Version 1.2.3, distribué sous licence CeCILL

Valid CSS!

Page générée en 0.192 secondes avec 17 requetes